BCC-TVB

Pont de communication tactique à déployer sur le terrain ne nécessitant aucune configuration complexe ou formation poussée

BCC-NEXT

Un système extensible doté d’un noyau abordable et expansible

BCC-TACTICAL

Système robuste alliant l’interopérabilité voix, données et radio conçu pour les conditions difficiles

BCC-EM

Systèmes de communication évolutifs qui peuvent servir de solutions de secours à un centre des interventions d’urgence ou servir de centre de commande

BCC-MIL Séries

Solution de communication tactique déployable pour les opérations conjointes ou de coalition

Produits
Marchés
Ressources
Retour au blogue

2 Éléments à ne pas oublier lorsqu’on achète un camion d’incendie

24 mars 2017 4 minutes
Équipements de Communication
Interventions d'urgences
Sécurité Publique
Partager:

Jim Lyons est un professionnel chevronné qui cumule plus de 25 ans d’expérience en gestion, ventes et marketing. Il est reconnu pour son expertise en spécifications de véhicules incendie, la conception de camion d’incendie, le contrôle de la qualité ainsi que pour la formation qu’il donne un peu partout aux États-Unis. Jim est également le président et propriétaire de l’entreprise J. Lyons Fire Consultants qui offre des services de consultation aux services de sécurité incendie, aux organismes gouvernementaux municipaux ainsi qu’aux entreprises qui sont impliqués dans l’achat et l’entretien d’équipement incendie.

J’ai demandé à Jim de me dire quelles sont les éléments qui lui viennent à l’esprit lorsqu’on parle de l’élaboration de spécifications pour l’achat de camions d’incendie. Voici donc les 2 éléments qu’il a partagés avec moi.

1. La Formation

Un élément souvent négligé est la formation, et ce, autant lorsque c’est le département lui-même qui rédige les spécifications que lorsque c’est le manufacturer/vendeur qui en a la responsabilité. Tout le monde a tendance à assumer que lorsqu’un département commande et reçoit son nouveau véhicule, la formation est automatiquement incluse après la livraison.

fire apparatus training-1.jpg

Pourtant, ce n’est pas le cas. À moins que ce soit précisé dans les spécifications et que le vendeur le reconnaît dans sa proposition, la formation n’est généralement pas incluse. Certains départements pensent qu’ils n’ont pas besoin d’une formation, du moins jusqu’à ce que les membres commencent à utiliser l’unité et qu’ils réalisent qu’ils ne sont pas en mesure de faire fonctionner tous les appareils et options du véhicule. C’est souvent à ce moment que la question de la formation commence à se poser.

De ce fait, il est important que les agences de sécurité publique s’assurent que la formation est incluse dans les spécifications (voici les meilleures pratiques à adopter pour écrire les spécifications d’un véhicule incendie). De plus, assurez-vous de déterminer le nombre de jours de formation qui devront avoir lieu. Prenez en considération les quarts de travail et le temps supplémentaire de vos employés, cela pourrait vous obliger à prévoir plus qu’une journée. En fait, prévoir 2-3 jours ou plus de formation est fortement recommandé.

Pour les volontaires, le cours devra sans doute être donné durant la fin de semaine. Ainsi, une déclaration du type ‘’la formation devra se dérouler lors de la fin de semaine convenue entre le vendeur et l’acheteur’’ devrait se trouver dans l’entente. Cela vous permettra de l’offrir au moment où les pompiers volontaires sont disponibles tout en avertissant le vendeur que ladite formation ne se déroulera pas durant les jours de semaine.

2. Les pièces d’équipement et leur emplacement sur l’appareil

Vous devriez toujours vous assurer de fournir une description détaillée des produits et de leur emplacement dans les spécifications. Je me rappelle d’une situation où un service de sécurité incendie m’avait dit qu’il avait reçu le mauvais modèle de lumière pour leur véhicule. Les spécifications mentionnaient simplement ‘’fournir une lumière bleu et rouge à mettre sur le toit de la cabine’’. Ils pensaient ainsi simplifier leurs spécifications.

Dans ce cas, ce qu’ils ont reçu ne correspondait pas à ce qu’ils voulaient. Ils ont plutôt reçu un ancien modèle de lumière halogène avec des rotateurs et une lentille colorée plutôt qu’une lumière de style LED avec des lumières colorées et des lentilles claires. Bien que le manufacturier ait correctement répondu aux spécifications, ils n’ont pas reçu le nouveau modèle LED qu’ils s’attendaient à recevoir.

Cela démontre l’importance de préciser le matériel, le modèle, la couleur et même la taille si vous désirez obtenir une pièce d’équipement spécifique. Je vous suggère donc d’appeler votre manufacturier directement pour clarifier les détails de certains produits. Votre département peut travailler directement avec les manufacturiers pour développer les spécifications de certains items. Ces derniers sont plus que disposés  à fournir les spécifications détaillées nécessaires pour un de leur produit qui doit être intégré à un nouveau véhicule.

Auteur
Paul Calderwood

Chef pompier adjoint Calderwood est retraité du Service Incendie d’Everett au Massachussetts. Il donne des conférences sur la scène internationale sur les problématiques relatives aux incendies et à la sécurité publique. Il détient un baccalauréat en Protection et Sécurité Incendie et termine présentement sa maîtrise en gestion de crise qui fait partie du programme de science incendie au Providence College situé au Rhode Island. Chef pompier adjoint Calderwood est également certifié Spécialiste de la protection contre l'incendie.

Dernières nouvelles

Voir tous les articles